Initiative

1 lettre 1 sourire, une initiative citoyenne d’échanges épistolaires intergénérationnels

Suite à l’annonce du confinement par le Président de la République, 10 cousins se sont réunis par Skype pour discuter de solutions qui réconforteraient les personnes âgées attristées et désorientées par l’interdiction des visites, une situation difficile relatée par un proche travaillant avec des EHPAD.

Ils ont alors lancé une plateforme permettant au grand public de déposer, à l’intention d’un résident, une lettre à laquelle est attachée une image. Les établissements s’inscrivent sur ce site et indiquent leur nombre de résidents. L’association leur fait alors parvenir autant de lettres que de résidents dans l’établissement et propose de rembourser les frais d’impression.

Le projet a rapidement pris une ampleur inattendue grâce aux réseaux sociaux : plus de 1 200 établissements se sont inscrits et plus de 180 000 résidents ont reçu des lettres. C’est aujourd’hui toute une jeune génération qui exprime sa solidarité envers ses aînés, qui les soutient et les réconforte en ces temps difficiles, en leur adressant quelques mots d’espoir et d’amour.

1 lettre, 1 sourire, comment ça fonctionne ?

  • Un individu écrit une lettre sur la plateforme 1lettre1sourire.org et y attache une image s’il le souhaite.
  • La lettre est relue et formatée avec une police adaptée aux malvoyants.
  • Les établissements (EHPAD, résidences de personnes âgées, etc.) s’inscrivent sur le site et indiquent leur nombre de résidents hommes et femmes.
  • L’équipe 1 lettre 1 sourire fait parvenir par mail en PDF (pour supprimer tout risque de contamination) aux établissements le bon nombre de lettres pour les résidents.
  • Les établissements impriment et distribuent les lettres. L’association propose ensuite de rembourser les frais d’impression.

« Notre but n’est pas d’installer une correspondance mais de redonner le sourire, de l’espoir et de l’attention aux personnes âgées isolées. Nous remarquons que les sourires et la joie sont partout, joie d’écrire, de donner et la joie de recevoir. Un de nos proches, qui travaille en EPHAD, nous a raconté la situation. La souffrance des résidents, en apprenant qu’ils ne pourraient plus recevoir de visites, était réelle. Nous ne pouvions pas rester là sans rien faire ! »

Aliénor Duron, co-fondadrice de l’association 1 lettre 1 sourire

« J’envoie une lettre chaque jour depuis le début du confinement. J’ai reçu un appel d’un EHPAD qui me demandait l’autorisation qu’une de leur résidente qui a reçu une de mes lettres puisse m’appeler. Elle souhaitait me parler parce qu’elle est mal voyante et qu’elle ne pouvait pas me répondre par écrit. J’ai bien évidemment dit oui ! Elle m’a appelée en me disant que sa lettre l’avait réconfortée, qu’elle aurait 102 ans en octobre et que cela lui ferait plaisir de m’appeler de temps en temps si j’étais d’accord… Je trouve que c’est une si belle histoire et que le nom de l’association a été justement choisi… Évidemment, je vais l’appeler de temps en temps. »

Témoignage d’une jeune étudiante de 24 ans qui a participé à 1 lettre 1 sourire

Perspectives post-confinement de l’initiative

  • Continuer l’envoi des lettres, les personnes âgées en établissement étant souvent seules toute l’année.
  • Faire parvenir des lettres aux personnes âgées isolées à domicile ainsi qu’aux personnes en situation de handicap.
  • Continuer de promouvoir les liens intergénérationnels sur la plateforme en permettant un système de réponse plus optimisé.
  • Traduire le site 1 lettre 1 sourire en plusieurs langues pour répondre aux nombreuses demandes reçues.
  • Permettre que la plateforme soit disponible en Espagne, Angleterre, Italie, Allemagne, etc.

Bénéfices de l’initiative

  • Brise la solitude des personnes âgées
  • Permet aux équipes de professionnels en établissement de se sentir soutenus dans leur travail et leur mission
  • Créé des échanges intergénérationnels

Cette initiative est lauréate du Prix de la Fondation Médéric Alzheimer spécial Covid-19 « Confinés mais pas isolés », qui récompense des actions nées pendant la crise Covid-19 (ou qui se sont adaptées) afin de préserver le lien social et la qualité de vie des personnes malades.