Initiative

Comme une ritournelle, une immersion théâtrale dans la maladie d’Alzheimer

Comment aborder autrement la maladie d’Alzheimer, maladie qui nous concerne tous de près ou de loin et qui touche de plus en plus de monde ? Avec le soutien du relais des aidants Al’Fa Répit, l’association En Mémoire d’Eux présente depuis juin 2017 Comme une ritournelle, une pièce de théâtre consacrée à la maladie d’Alzheimer et à l’entourage de la personne malade.

Écrite et mise en scène par Aurélien Jumelais, Comme une Ritournelle traite ce sujet grave avec humour et délicatesse. Loin de s’appesantir sur la maladie, la pièce permet de sensibiliser le grand public aux difficultés que rencontrent les proches aidants mais aussi les professionnels de personnes vivant avec des troubles cognitifs liés à l’âge.

Une fois le rideau tiré, la pièce de théâtre est un outil pédagogique à part entière. Un temps de paroles, d’écoute et de partage du vécu se met en place entre le public et les bénévoles d’Al’Fa Répit. La maladie d’Alzheimer et ses symptômes sont évoqués lors des échanges tout comme les aides existantes et le droit au répit des proches aidants.

À chaque représentation, En Mémoire d’Eux reverse une partie des bénéfices à l’association France Alzheimer et maladies apparentées du département concerné ou à des associations d’aidants.

Comme une Ritournelle est jouée par 9 comédiens bénévoles de la troupe de théâtre adulte de Cordemais. Seuls le metteur en scène Aurélien Jumelais et le régisseur son et lumière Jean-Marc Torrini, professionnels, sont rémunérés lors des représentations.

Le synopsis

« Touchée par la maladie d’Alzheimer, Jeanine perd peu à peu ses souvenirs. Mais dans les méandres de sa mémoire ressurgit un terrible secret. »

La pièce dévoile à quel point la situation d’aidant familial peut être complexe pour maintenir le lien avec la personne malade, malgré l’absence de mots et l’apparente perte de sens.

« Ma crainte, sur cette création, était de basculer dans le pathos. Je suis donc resté vigilant sur le juste milieu à trouver entre la pathologie et les rapports humains qui en découlent (les malades, les soignants, la famille). J’ai tenté de placer au sein de cette histoire d’amour, car il s’agit bien là d’une histoire d’amour, quelques pointes d’humour que la maladie offre comme maigre soutien à ceux qui soutiennent l’être qui se perd. Durant toute l’écriture, je me suis basé sur des souvenirs personnels mais aussi de témoignages de soignants, comme de ma mère, auteur de deux monologues, petits bijoux de sensibilité. J’ai pensé et voulu cette histoire au plus proche de la réalité, que ce soit au niveau de la dramaturgie comme des dialogues. Cette pièce n’avait pas pour prétention d’éclairer qui que ce soit sur cette terrible maladie, je voulais simplement qu’elle soit au plus proche de la vie de ce qui nous touche de près ou de loin un jour ou l’autre. Il semble qu’elle ait trouvé son public. »

Aurélien Jumelais, auteur de la pièce

Prochaines représentations

  • Samedi 1 février 2020, Avrillé (Maine-et-Loire) – Dans le cadre du festival de théâtre amateur FESTHEA
  • Samedi 26 septembre 2020, Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) – Au profit de France Alzheimer 44

Bénéfices de l’initiative

  • Aborde autrement la maladie d’Alzheimer (déstigmatisation)
  • Crée du lien social
  • Informe les proches aidants des aides et dispositifs existants
  • Sensibilise le grand public
  • Permet de récolter des fonds pour lutter contre la maladie et soutenir les familles