Initiative

Des mots et des images pour changer le regard avec le prix Chronos

La vieillesse, la maladie, les troubles de la mémoire, la dépendance ou la mort… au­tant de sujets largement tabous dans une société qui valorise la jeunesse et la per­formance. Et d’autant plus difficiles à aborder avec les enfants, petits et grands. Si les albums et romans évoquant le grand âge existent depuis toujours, la littérature jeunesse ose aborder la question des troubles cognitifs et de la maladie d’Alzheimer depuis une dizaine d’années. Les livres constituent en effet un formidable espace de ré­flexion et d’échange entre enfants et parents, en particulier lorsque la maladie d’Alzheimer touche la famille.

Le  prix  Chronos de littérature jeunesse, lancé par la Fédération nationale de gérontologie en 1996 et repris en 2014 par l’Uniopss, s’inscrit dans ce mouvement. Son objectif : mobiliser la littérature pour modifier les représentations tradi­tionnelles du vieillissement et favoriser les relations entre les âges. Il s’attache ainsi à faire réfléchir jurés et lecteurs sur les parcours de vie, la valeur de chaque âge, le rôle des souvenirs et de la transmission, les secrets de famille ou la mort. Chaque année, 24 ou­vrages répartis dans six catégories (de la maternelle au lycée) sont sélectionnés.

Mais au ­delà de la récompense littéraire, le prix Chronos se veut aussi un réservoir d’actions de ter­rain en faveur des relations intergénérationnelles. Il met à disposition des équipes et des établisse­ments un livret d’activités inter-­âges permettant de réfléchir ensemble aux parcours de vie et au lien entre générations, avec un fil conducteur : « Grandir c’est vieillir, vieillir c’est grandir » !

Partenaires principales, les écoles s’engagent : dans les classes, des ateliers de lecture sont organisés afin de discuter des thématiques abordées dans les ou­vrages sélectionnés. D’autres institutions, comme les médiathèques, les bibliothèques ou les Ehpad peuvent aussi rentrer dans la dynamique en organi­sant des rencontres intergénérationnelles entre des élèves et des membres d’associations de personnes âgées ou des résidents d’établissements.

L’édition 2020 du prix Chronos comporte la création d’une mention spéciale Alzheimer soutenue par la Fondation Médéric Alzheimer et la Fondation de France dans le cadre du projet pilote de recherche et d’innovation sociale.
Tournée vers un très jeune public (maternelle et primaire), la mention spéciale Azheimer propose des ouvrages qui abordent spécifiquement la thématique de la maladie.

Bénéfices de l’initiative

  • Encourage la littérature jeunesse à aborder la thématique de la maladie d’Alzheimer, à laquelle sont souvent confrontés beaucoup de petits enfants
  • Permet de libérer la parole au sein des familles et de faire évoluer le regard posé sur les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer

Des jurés de 5 à 105 ans…
Le saviez-vous ? Les membres du jury sont des lecteurs de classes de maternelle, de primaire, de collège, de lycée, mais aussi des jeunes fréquentant les bibliothèques et les centres de loisirs, ainsi que des adultes de tout âge et de tous horizons.