Initiative

Sensibiliser les commerçants de proximité pour une société inclusive envers les personnes malades

Faire ses courses en tant que personne atteinte de la maladie d’Alzheimer peut devenir une véritable épreuve : un code de carte bleue dont on ne se souvient plus à la caisse, un face à face avec un commerçant qui s’impatiente, des difficultés à exprimer ce que l’on est venu chercher, etc.

S’il est primordial de changer le regard de la société sur les troubles cognitifs, il est tout aussi important de mobiliser l’environnement de proximité pour que les personnes en difficulté cognitive :

  • bénéficient d’un environnement de vie attentif à leurs attentes et leurs besoins ;
  • se sentent à l’aise et en sécurité dans leur quartier.

À Nice, l’Espace Partagé de Santé Publique (EPSP) accompagne diverses actions locales dont un programme de vieillissement par la santé. L’organisme a notamment mis en place un partenariat privilégié avec l’Institut Claude Pompidou.

Dédié à la maladie d’Alzheimer et aux maladies apparentées, du diagnostic précoce jusqu’à la prise en charge au long cours, l’institut réunit un EHPAD, un accueil de jour ainsi qu’un centre mémoire de ressources et de recherche au sein d’un groupement de coopération médico-sociale.

La configuration de l’architecture des bâtiments favorise l’ouverture sur la ville.

Un travail a déjà été entrepris avec l’EHPAD afin de « déstigmatiser » la structure, qu’elle devienne un véritable pôle ressource dans le quartier. Dans le prolongement des actions sur l’inclusion des personnes malades, un projet porté par le CHU de Nice est à l’honneur pour septembre 2019 – et ce jusqu’en septembre 2020 – avec les commerçants du quartier Borriglione où se situe l’Institut Claude Pompidou.

Dans l’initiative développée, des commerçants acceptent d’être sensibilisés et de réfléchir concrètement à la manière de faciliter l’accueil des personnes malades. Apprendre à savoir détecter les troubles de mémoire ou de la désorientation et ne pas réagir par l’agacement mais par une attitude compréhensive est un premier grand pas. Le changement vécu dans ce quartier sera évalué en prenant un autre quartier témoin, où les commerçants n’auront pas été sensibilisés à la problématique des maladies neuro-évolutives.

À l’Institut Claude Pompidou, l’EHPAD est un lieu de vie dédié au mieux-être de ses résidents (© Gabrielle Voinot)

Bénéfices de l’initiative

  • Change le regard sur la maladie d’Alzheimer en passant par les commerçants de proximité
  • Instaure un climat de solidarité dans le quartier
  • Permet aux résidents de l’EHPAD de continuer à être acteur de leur citoyenneté

Méthodes de travail

  • Actions de sensibilisation à la maladie d’Alzheimer en direction des commerçants
  • Focus groupes avec les habitants, les commerçants, les personnes malades et leurs proches
  • Organisation d’événements locaux pour mobiliser les commerçants
  • Évaluation de l’expérimentation avec les chercheurs en santé publique (en complémentarité avec l’évaluateur dédié au projet pilote)